Signer en ligne Elles risquent leur vie pour défendre l’environnement

Le combat des femmes en Amazonie pour l’environnement

Quatre femmes équatoriennes, Patricia Gualinga, Nema Grefa, Salomé Aranda et Margoth Escobar, risquent leur vie chaque jour pour protéger leur terre : l’Amazonie. Les industries extractives qui s’y sont installées participent d’une part à l’expropriation des habitants originels de ce territoire et de l’autre à la dégradation de l’écosystème local. L’Amazonie contient, en effet, des centaines de communautés indigènes, des milliers d’espèces et la moitié des forêts tropicales du monde. L’enjeu environnemental en Amazonie est si important que le combat de ces femmes devrait être notre combat à tous.

Menaces et attaques pour les dissuader d’agir

Depuis qu’elles ont commencé à manifester leur désaccord avec ces dangereuses industries extractives, ces femmes ont reçu de nombreuses menaces de mort et ont subi des attaques répétées. Ces militantes se confrontent en effet à d’énormes intérêts économiques et politiques. Même si les enjeux climatiques montent aujourd’hui en puissance un peu partout dans le monde, ceux qui sont en première ligne — les défenseur·e·s des droits de l’environnement et notamment en Amazonie —, courent un danger pour leur vie. Selon l’ONG Global Witness, en 2017 – la dernière année pour laquelle elle dispose de statistiques –, presque quatre défenseur·e·s de l’environnement ont perdu la vie chaque semaine pour avoir défendu leurs terres, la vie sauvage et les ressources naturelles. L’Amérique latine est la région la plus dangereuse pour les militants écologistes. En 2017, 207 d’entre eux étaient assassinés, la majorité provenant de cette région.

Les autorités doivent les protéger

L’État équatorien ne fait rien pour protéger ces femmes ni identifier leurs assaillants. Pourtant, le président Lenín Moreno et la procureure Diana Salazar ont les cartes en main pour protéger les personnes qui sont en danger en Amazonie. Demandez-leur de protéger les défenseur·e·s des droits de l’environnement en Équateur et de rendre justice aux personnes victimes d’attaques. Signez !

Toutes les infos
Toutes les actions

Ahmed H. doit être autorisé à rentrer chez lui

Ahmed H., incarcéré à tort pour « complicité d’acte terroriste », n’a plus vu sa femme et ses filles depuis 4ans. Chypre doit l’autoriser à rentrer chez lui, auprès de sa famille. Il risque d’être renvoyé en Syrie.