Signer en ligne Un père de famille condamné pour complicité d’acte terroriste pour avoir aidé sa famille

Mise à jour du 28 mars 2018 : L’appel du jugement condamnant Ahmed pour complicité d’acte terroriste et entrée illégale sur le territoire dans le cadre d’une émeute aura lieu en septembre/octobre.

Ahmed est considéré comme complice d’un acte terroriste et a été condamné à 7 ans d’emprisonnement, suivis d’une expulsion avec interdiction de revenir en Hongrie pendant 10 ans, pour avoir utilisé un mégaphone pour appeler au calme lors d’affrontements à la frontière hongroise et avoir pris part à des jets de pierre. Comment un père de famille syrien, vivant à Chypre, s’est retrouvé en détention en Hongrie, accusé de terrorisme En août 2015, Ahmed quitte son foyer à Chypre pour aider ses parents âgés et six autres membres de sa famille à fuir la Syrie pour trouver refuge en Europe. Sa connaissance de l’anglais et du grec, ainsi que son statut de résident de l’Union européenne aideraient, pensait-il, à faciliter leur périple. Il aurait pu voyager en empruntant un itinéraire régulier, mais il est resté aux côtés de ses proches durant cette dangereuse traversée, car il était le seul de la famille à savoir nager. Un mois plus tard, ils se sont trouvés, comme des centaines de réfugiés, bloqués à la frontière serbo-hongroise après sa fermeture par la police. Des heurts ont éclaté lorsque des réfugiés ont tenté de passer. La police hongroise a réagi en utilisant du gaz lacrymogène et des canons à eau, blessant des dizaines de personnes. Des séquences filmées par les médias à l’époque montrent Ahmed en train d’utiliser un mégaphone appelant les réfugiés et les policiers au calme, mais lorsque les affrontements se sont intensifiés, Ahmed a pris part aux jets de pierre initiés par la foule. Arrêté puis relâché, Ahmed a été soumis (...)

Action suspendue

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Nicaragua : signez pour libérer une jeune étudiante belge

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !