Signer en ligne 30 ans pour avoir accouché d’un enfant mort-né

Au Salvador, Teodora Del Carmen Vàsquez a été condamnée à 30 ans de prison en 2008 pour “homicide avec circonstances aggravantes” après avoir accouché d’un enfant mort-né sur son lieu de travail. Demandez sa libération.

Le 13 juillet 2007, alors qu’elle est au travail, Teodora Del Carmen Vàsquez commence à ressentir de violentes douleurs au ventre. Comme les douleurs augmentent au fil de la journée, elle appelle une ambulance qui tarde à arriver et perd les eaux peu de temps après. C’est dans les toilettes que les contractions se déclenchent et Teodora perd connaissance pendant l’accouchement. Quand elle reprend connaissance, elle saigne abondamment et son bébé est mort. Les policiers présents sur les lieux, alertés par un collègue de Teodora, la menottent et l’arrêtent car ils la soupçonnent d’homicide. Ce n’est que plus tard qu’ils l’emmènent enfin à l’hôpital où elle reçoit les soins urgents dont elle avait besoin. En 2008, à l’issue d’un procès que ses avocats actuels ont qualifié d’incohérent et entaché d’irrégularités, Teodora a été reconnue coupable d’homicide aggravé et condamnée à 30 ans de prison. En janvier 2015, la Cour Suprême a rejeté sa demande de grâce. Au Salvador, l’avortement est un crime en toute circonstance, même dans les cas de viol, d’inceste ou lorsque la vie d’une femme est en danger. Dès lors, les femmes qui font une fausse couche ou qui accouchent d’un enfant mort-né sont régulièrement soupçonnées d’avoir “avorté”. Selon les avocats de Teodora, elle a été arrêtée et jugée en vertu de ce soupçon et présumée coupable dès le début de son procès. Issue d’une famille pauvre, Teodora n’a pu se permettre de se faire représenter par une équipe juridique efficace. Elle a un fils de 11 ans, qui est actuellement pris (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Nicaragua : justice pour Amaya et les autres activistes persécutés

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !