Action : Delaram Ali

Ce qui m’a le plus dérangée, ce sont les 10 coups de fouets car, s’ils ne sont pas grand-chose comparés à la peine de prison, ils sont une véritable insulte à la société civile et au mouvement de défense des femmes. Delaram Ali, âgée de vingt-trois ans, est directrice des services sociaux du Centre culturel sur le travail des enfants, à Téhéran. Elle a été politiquement très engagée au sein de l’université Allameh Tabatabaï, où elle a obtenu son diplôme en 2006. Outre son emploi de travailleuse sociale, elle a écrit plusieurs articles sur des questions d’ordre social pour diverses publications. Delaram Ali figurait au rang des 70 personnes arrêtées lors d’une manifestation pacifique organisée en juin 2006 pour demander l’abrogation des lois discriminatoires envers les femmes. Elle a eu la main cassée lors de son arrestation, et des photos de son passage à tabac par des policiers ont été largement diffusées. Delaram Ali et d’autres personnes blessées pendant cette manifestation ont porté plainte contre la police mais, en octobre 2007, un tribunal a acquitté les policiers qui se trouvaient sur les lieux. En juin 2007, Delaram Ali a été condamnée à trente-quatre mois d’emprisonnement et 10 coups de fouet pour participation à un rassemblement illégal, propagande contre le régime et troubles à l’ordre public et à la paix. Cette peine a été réduite à trente mois en appel mais, contrairement à ce qu’exige la loi, la condamnée n’a pas reçu de copie écrite du jugement. Invitée à se présenter au Bureau du juge (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.