Action : Rwanda, il faut mettre un terme aux détentions illégales et aux disparitions forcées

Un nouveau rapport d’Amnesty International fait état de détentions arbitraires sans inculpation ni jugement, de disparitions forcées et d’actes de torture et autres mauvais traitements commis à Camp Kami, dans le camp militaire de Mukamira et dans des lieux de détention clandestins situés dans la capitale, Kigali. Ce rapport, intitulé Rwanda : dans le plus grand secret. Détention illégale et torture aux mains du Service de renseignement militaire, a été réalisé sur base de sept visites effectuées entre mars 2010 et juin 2012 et de 70 interviews avec des personnes ayant été détenues par l’armée, des proches de personnes disparues et des avocats. Afin que l’Etat de droit acquière une réalité tangible, le Rwanda doit respecter et faire respecter les droits humains et mener les enquêtes nécessaires à l’identification du système de détention parallèle qui échappe à l’autorité du Service correctionnel du Rwanda (SCR), ainsi que juger les personnes responsables de ces atteintes aux droits humains. Un terme doit être mis au caractère secret qui entoure ces exactions. En vertu du principe de responsabilité hiérarchique, les personnes qui contrôlent les services de renseignements militaires ou d’autres membres de l’armée peuvent être tenus pour responsables d’atteintes au droits humains lorsqu’ils savaient ou auraient dû savoir que les subordonnés commettraient, ou étaient susceptibles de commettre ces actes. Complément d’information Les arrestations récurrentes sont la suite d’enquêtes menées par les autorités (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir