Signer en ligne Il faut de toute urgence protéger les civils en République centrafricaine

Des centaines de milliers de civils ont besoin d’une protection efficace de la communauté internationale. Le 24 mars marquait le premier anniversaire du coup d’État en République centrafricaine. Appelez le gouvernement des États-Unis, en sa qualité de membre permanent du Conseil de sécurité, à agir sans attendre. Ces derniers mois, tandis que les forces de la Séléka se retiraient vers le Nord, commettant de graves atteintes aux droits humains contre les civils, des milices anti-balaka ont lancé des attaques incessantes contre la population musulmane. Les forces internationales de maintien de la paix actuellement présentes – les soldats français de l’opération Sangaris et les hommes de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (MISCA) sous conduite africaine – n’ont pas été en mesure de contenir la violence ni de freiner la fuite de communautés musulmanes entières vers les pays voisins. Selon les dernières estimations des Nations unies début mars, seuls 900 des 140 000 musulmans de Bangui sont encore présents dans la capitale, et tous craignent pour leur vie. Des dizaines de villes et de villages du tiers ouest du pays ont été vidés de force de leurs habitants musulmans – dont le nombre s’élevait à plusieurs milliers de personnes. De nombreuses habitations, églises et mosquées ont été détruites, comme a pu le constater Amnesty (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir