Action : Halte aux exécutions, la Chine doit choisir

Quand, en 2001, Pékin a été choisie comme ville hôte des Jeux olympiques de 2008, les autorités du pays se sont engagées à améliorer la situation des droits humains avant l’ouverture des Jeux. Le président du Comité international olympique a tenu des propos similaires, qui correspondent aussi à l’esprit de la Charte olympique. Amnesty International appelle les autorités chinoises à mettre en oeuvre des réformes concrètes pour que les Jeux olympiques aient des effets positifs et durables sur les droits humains. Selon la Charte olympique, l’un des principes fondamentaux de l’Olympisme est de promouvoir une société pacifiq ue, soucieuse de préserver la dignité humaine. Or, la peine de mort est une violation du droit à la vie et bafoue l’interdiction des peines ou traitements cruels, inhumains et dégradants. Cette peine en soi, ainsi que les conditions de détention des condamnés en mort, portent atteinte à la dignité humaine. Le 1er janvier 2007, la Chine a introduit une réforme importante en rétablissant la validation par la Cour populaire suprême de toutes les condamnations à mort prononcées dans le pays. Les autorités chinoises doivent s’appuyer sur cette réforme pour améliorer la transparence du système, d’une part en veillant à ce que les familles et les avocats des condamnés à mort soient informés du déroulement des procédures et puissent rencontrer les condamnés, et d’autre part en rendant publics les chiffres relatifs à la peine de mort dans le pays. Amnesty International demande également aux (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir