Signer en ligne Violences sexuelles : halte aux excuses, il faut abroger les lois néfastes

En Algérie et en Tunisie, la loi permet aux violeurs d’éviter la prison en épousant leur victime - si elle est âgée de moins de 18 ans. Une faille similaire dans la législation marocaine a été éliminée à l’unanimité par le Parlement le 22 janvier 2014, deux ans après le suicide d’Amina Filali, une adolescente de 16 ans qui avait été forcée d’épouser l’homme qu’elle accusait de l’avoir violée. Cette modification législative a représenté une avancée importante pour les femmes au Maroc. Les organisations de défense des droits des femmes et Amnesty International réclamaient depuis longtemps un tel changement. Cependant, les principes discriminatoires qui sous-tendent la loi, au titre desquels, par exemple, la sanction en cas de viol sera plus ou moins sévère selon si la victime était vierge ou non, présentent de graves déficiences et doivent disparaître. D’autres dispositions discriminatoires dans les législations marocaine, algérienne et tunisienne ne protègent pas les femmes et les filles ayant subi des violences sexuelles, ce qui les empêche couramment d’obtenir justice.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.