Signer en ligne Gaza : protection des civils, embargo sur les armes, CPI.

Les groupes armés palestiniens ont procédé à des tirs aveugles de roquettes vers des zones résidentielles, en violation du droit international humanitaire. En outre, il y a des rapports non confirmés, encore par AI, que les groupes armés palestiniens ont tiré des roquettes près des hôpitaux ou des établissements de santé, ou ont utilisé ces installations ou ces zones à des fins militaires. Des biens civils israéliens ont également été endommagée par des roquettes tirées sans discernement par des groupes armés palestiniens. Ceci constitue la troisième offensive israélienne contre la bande de Gaza en moins de six ans, tandis qu’un blocus paralysant ??la plupart des mouvements de personnes et de marchandises dans et hors de la bande de Gaza a décimé l’économie et les infrastructures de base. Bien qu’Israël soit en fait la puissance occupante dans la bande de Gaza - car il a un contrôle effectif sur le territoire et de sa population- il n’a pas respecté les obligations de la Quatrième Convention de Genève en vue d’assurer le bien-être des personnes protégées vivant sous occupation ; au contraire, Israël a violé le droit des Palestiniens à un niveau de vie suffisant, y compris leur accès à l’eau, l’assainissement et les soins de santé et autres services publics essentiels, qui sont tous dans un état grave. Amnesty International a condamné le blocus israélien comme une punition collective de toute la population de Gaza de 1,8 million de personnes. La levée du blocus est une obligation d’Israël et ne doit pas être (...)

Des divisions internes palestiniennes entre les factions politiques palestiniennes ont préparé le terrain pour les violations des droits de l’homme commises par les autorités palestiniennes et les groupes armés palestiniens (exécutions sommaires de soi-disant « collaborateurs », torture et de détention arbitraire.)
En Cisjordanie occupée, les autorités israéliennes ont eu recours à la détention de centaines de Palestiniens qu’ils accusent de "mettre en danger la sécurité de la région", y compris des représentants politiques, et beaucoup d’entre eux sont gardés en détention administrative, sans inculpation ni perspective de procès. Certains sont torturés. Il y a des rapports signalant que les prisonniers et les détenus en Israël - en particulier ceux qui sont affiliés avec le Hamas ou le Jihad islamique - n’ont pas droit aux visites familiales. Des Palestiniens de Gaza ont également été arrêtés par les forces israéliennes lors de l’incursion terrestre en Juillet et Août.
La branche armée du Hamas et d’autres groupes armés palestiniens font régulièrement des déclarations déclarant leur intention de frapper des cibles civiles israéliennes avec des roquettes, et ces déclarations ne sont pas contredites par les autorités palestiniennes de Gaza et de la Cisjordanie. La direction palestinienne a jusqu’à présent refusé de signer le Statut de Rome de la Cour pénale internationale (CPI), dont Israël n’est pas non plus un membre. Au début de Juillet, Hanan Ashrawi, membre de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), aurait déclaré que l’Autorité palestinienne est prête à adhérer au Statut de Rome. Plus tard dans le mois, des médias rapportaient que l’Autorité palestinienne attendait un avis juridique avant de signer. Les médias ont signalé par après que Saeb Erekat, principal négociateur palestinien, aurait exhorté l’OLP et d’autres factions palestiniennes à soutenir l’adhésion de la Palestine à la CPI. Le ministre des Affaires étrangères, Riyad al-Maliki, a apparemment approuvé. En outre, il a visité la CPI le 5 Août. Le journal israélien Ha’aretz a rapporté que « Erekat a déclaré que si le Hamas et le Jihad islamique ne signent pas, il exigerait que le président palestinien Mahmoud Abbas ordonne la signature du Statut de Rome de 2002, le traité qui a institué la Cour pénale internationale ». Cependant, le Président Abbas est clairement réticent à prendre cette mesure - ce serait ouvrir la porte à des mesures de rétorsion à l’égard des autorités palestiniennes. Les Etats-Unis et les pays européens s’y opposent également.

Les victimes de violations passées du droit des droits humains et du droit international humanitaire, y compris des crimes de guerre, n’ont pas obtenu justice, vérité et réparation, tel que requis par le droit international. Cette situation d’impunité ouvre la voie à davantage de violations, et la dernière apparition de conflits armés en fournit la preuve.
Amnesty International a constaté que les autorités israéliennes et palestiniennes ont été réticentes ou incapables d’enquêter efficacement sur les violations du droit international humanitaire, y compris des crimes de guerre en tant que premier pas vers davantage de justice, vérité et réparation pour les victimes. L’échec d’Israël à renforcer les mécanismes de reddition de comptes est particulièrement flagrant à la lumière des recommandations de sa propre commission nommée par le gouvernement (connu sous le nom du rapport Turkel) qui ont abordé quelques-unes des nombreuses failles dans son système d’enquêtes militaires.
La politique d’Amnesty International, dans les situations où les systèmes nationaux ont constamment échoué à parvenir à la justice, est de recourir au Conseil de sécurité de l’ONU pour obtenir la saisine de la CPI.

Stratégie :
Israël s’est abstenu d’attaquer la bande de Gaza, et a assoupli en partie la politique de blocus, jusqu’à Novembre 2012, quand il a lancé l’opération "Pilier de la défense". La pause relativement longue entre Janvier 2009 et Novembre 2012, au cours de laquelle l’administration du Hamas a également retenu le tir de roquettes sur Israël, le nombre de victimes relativement bas des groupes armés en 2012, et l’absence d’une offensive terrestre israélienne dans ce conflit, sont dus, selon l’analyse d’Amnesty International, à la mission d’enquête de l’ONU à Gaza de 2009.
Il n’y a pas eu de réaction à l’opération "Pilier de la défense" comparable à la pression qui a été exercée en 2009.L’impunité pour les violations commises est propice à la récidive. Un an et demi plus tard, le conflit armé s’est encore accru, fournissant la preuve que l’impunité prépare de nouvelles violations.
La stratégie consiste à obtenir de la communauté internationale qu’elle fasse pression sur Israël pour exiger le respect du droit international , et de pousser les autorités du Hamas à reconnaître le principe de droit international coutumier de distinction entre objectifs civils et militaires, et de stopper les tirs de roquettes. Les terrible nouvelles de la région (meurtres, blessures et déplacements de civils) a provoqué de nombreuses déclarations internationales ; c’est le but de la campagne d’Amnesty International de faire pression pour que ces déclarations conduisent à des actions en matière de responsabilité.
Cela sera fait, tout d’abord, en exhortant les parties au conflit à prendre des précautions pour protéger les civils, et d’autre part, en faisant appel aux gouvernements de tous les États à soutenir le renvoi par le Conseil de sécurité de l’ONU de la situation de Gaza à la CPI. Une attention particulière devrait être accordée aux pays alliés avec Israël, comme les États-Unis et le Canada et certains pays de l’UE, par exemple au Royaume-Uni, Pays-Bas, en Allemagne.
Alors que Amnesty International demande aux membres du Conseil de sécurité de soutenir la saisine de la CPI, nous demandons à l’Autorité palestinienne d’adhérer au Statut de Rome ; et d’émettre une nouvelle déclaration acceptant la compétence de la CPI sur les crimes commis depuis le 1er Juillet 2002 . Cet appel à l’Autorité palestinienne a plus de sens stratégique car il est beaucoup plus réalisable que l’obtention d’une recommandation de l’UNSC.
En ce qui concerne l’embargo sur les armes des il est à noter gouvernement espagnol a décidé un embargo temporaire sur les armes à Israël, tandis que le Royaume-Uni a déclaré qu’il examinerait ses licences d’exportation d’armes vers Israël et son vice-Premier ministre a appelé à un embargo sur les armes. Cela donne à penser que notre travail a un effet.
l’ONU
Le 23 Juillet 2014, le Conseil des droits de l’homme (CDH) a convoqué une session extraordinaire sur la « situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés, y compris Jérusalem-Est." La Résolution S-21/1, qui a décidé de dépêcher une commission d’enquête, a été adoptée par un vote (à la demande des Etats-Unis) de 29 voix pour, une contre (États-Unis) et 17 abstentions (y compris les États de l’UE). Le libellé de la résolution permet à la Commission d’enquête d’examiner les violations commises par toutes les parties, et la Commission doit faire rapport au CDH en Mars 2015 La résolution a également demandé un rapport par le Haut Commissaire à la session du CDH, en Septembre.
Le 6 Août, l’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) a tenu une réunion informelle sur la situation à Gaza, à la demande du Groupe arabe. L’AG reçu les informations du Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, du Commissaire général de l’UNRWA, Pierre Krähenbühl, du Coordinnateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient, Robert Serry, et du Sous-Secrétaire général Kyung- wha Kang (OCHA). De nombreux États membres ont participé au débat et exprimé leur profonde préoccupation face à la situation humanitaire dans la bande de Gaza ainsi que les violations répétées du droit international par les forces de sécurité israéliennes, y compris le ciblage des locaux de l’ONU et des infrastructures civiles. De nombreux États membres ont souligné que les préoccupations de sécurité légitimes d’Israël ne justifient pas l’usage indiscriminé et disproportionné de la force, et fait écho à l’appel du Haut Commissaire Pillay pour la reddition de comptes. Ils ont exhorté les deux parties au conflit à reprendre les négociations pour parvenir à un règlement politique durable qui s’attaque aux causes profondes du conflit. Les États membres ont également appelé à des efforts concertés de la part du Conseil de sécurité à pour soutenir le processus de paix. Au cours de cette session, un certain nombre de résolutions sur Israël et les territoires palestiniens occupés seront discutée au Troisième Comité et au Quatrième Comité (questions politiques spéciales et Decolonisation).
Parmi ceux-ci, la résolution 68/83 sur les pratiques israéliennes dans les territoires occupés est du plus grand intérêt. La résolution condamne, entre autres, l’utilisation aveugle de la force contre les civils palestiniens, la détention et l’emprisonnement arbitraires de civils, la destruction et la confiscation des biens de caractère civil, le blocus de Gaza, les activités israéliennes de colonisation et la construction d’un mur dans les territoires palestiniens occupés. Il est également préoccupé par les tirs de roquettes contre des zones civiles israéliennes.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Ahmed H. doit être autorisé à rentrer chez lui

Ahmed H., incarcéré à tort pour « complicité d’acte terroriste », n’a plus vu sa femme et ses filles depuis 4ans. Chypre doit l’autoriser à rentrer chez lui, auprès de sa famille. Il risque d’être renvoyé en Syrie.