Signer en ligne Secrets et mensonges : des "aveux" extorqués sous la torture en Ouzbékistan

Mouhammad Bekjanov est journaliste et rédacteur en chef du journal du parti politique Erk (Liberté), une formation interdite en Ouzbékistan. En août 1999, il a été condamné à 15 ans de prison lors d’un procès inéquitable sur la foi « d’aveux » qui avaient été obtenus sous la torture. Il a subi des mauvais traitements tels que des brûlures de cigarettes, des séances d’asphyxie et des décharges électriques. Aucune véritable enquête n’a été menée sur ses allégations de torture. Mouhammad Bekjanov devait être libéré en février 2012, mais le tribunal l’a condamné à quatre ans et huit mois d’emprisonnement supplémentaires pour avoir enfreint le règlement de la prison. Selon sa famille, son état de santé se détériore rapidement depuis quelques années et il ne reçoit pas les soins médicaux dont il a besoin.

Mouhammad n’est pas un cas isolé en Ouzbékistan. En effet, la torture et autres formes de mauvais traitements y sont des pratiques persistantes et répandues pour extorquer des « aveux » ou d’autres éléments à charges. Ces actes sont régulièrement commis par les forces de sécurité ou par le personnel pénitentiaire au moment de l’arrestation des personnes, lors de leur transfert, en garde à vue, pendant leur détention provisoire et au sein des établissements carcéraux. Les principales cibles sont des personnes inculpées d’infractions liées au terrorisme et contre la sûreté de l’État.

L’Ouzbékistan a pourtant signé de nombreux traités internationaux relatifs aux droits humains, interdisant la torture et l’utilisation par les tribunaux de preuves obtenus par ce moyen. Malgré les dispositions du Code de procédure pénale, les tribunaux continuent de fonder très largement leurs décisions sur ces soi-disant « aveux » obtenus par la torture, la crainte ou la tromperie. En outre, il est rare que des poursuites soient engagées pour des actes de torture ou mauvais traitements, ceux-ci étant fortement ignorés par les juges lors des audiences.

Amnesty International exige la libération de Mouhammad Bekjanov dans les meilleurs délais au motif que les appels répétés en faveur d’un nouveau procès sont restés sans réponse pendant plus de 15 ans. Nous demandons également au président ouzbek de publier un décret présidentiel demandant une modification du Code de procédure pénale afin d’y introduire une interdiction absolue et explicite du recours à la torture pour obtenir des témoignages ou des aveux, ainsi que de l’utilisation lors des procès d’éléments de preuve arrachés sous la torture.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Ahmed H. doit être autorisé à rentrer chez lui

Ahmed H., incarcéré à tort pour « complicité d’acte terroriste », n’a plus vu sa femme et ses filles depuis 4ans. Chypre doit l’autoriser à rentrer chez lui, auprès de sa famille. Il risque d’être renvoyé en Syrie.