Action : Détention prolongée, le cas du Dr. Sami Al-Arian

Dr Sami Al-Arian, un ancien professeur d’université ayant droit de résidence permanente aux USA, a plaidé coupable en 2006 à l’accusation d’avoir soutenu de manière non violente le Jihad islamique palestinien. Il a été condamné à une réclusion de 57 mois. Il devait être libéré en avril 2007, compte tenu de la détention préventive. Cependant, il n’a pas été libéré parce qu’il a refusé de témoigner devant un grand jury en Virginie pour une autre affaire. Le Dr. Al-Arian a été détenu pendant 18 mois complémentaires pour outrage à la cour. Amnesty craint que ce second emprisonnement, bien que terminé, soit à nouveau prolongé. Il est maintenant détenu au service d’immigration de la prison régionale de Hampton Roads en Virginie où il a été transféré au début du mois d’avril 2008 et d’où il devrait être déporté. De plus, les avocats de Al-Arian ont affirmé que la décision de l’appeler devant un grand jury en Virginie était motivée par des raisons politiques pour prolonger son emprisonnement et pour le mettre en infraction de l’accord par lequel il pouvait bénéficier d’une remise de peine . Ces affirmations ont été rejetées par une cour d’appel fédérale qui a jugé Al-Arian coupable d’outrage à la cour. Amnesty n’est pas en mesure de tirer des conclusions sur ces affirmations, mais elles sont dérangeantes, vu le traitement punitif subi par le Dr. Al-Arian pendant sa longue détention. Conditions de détention Amnesty est également préoccupée par le traitement du Dr. Al-Arian en prison, particulièrement par les conditions sévères qu’il a (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.