Action : De hauts fonctionnaires taxent publiquement l’organisation Aprodeh de défendre le terrorisme et de traîtres à la patrie

L’organisation péruvienne des droits humains Asociación Pro Derechos Humanos (Aprodeh) et son fondateur, Francisco Soberón, ont fait l’objet d’une série de déclarations de la part de hauts fonctionnaires de l’État péruvien, qui les ont taxés publiquement de défendre le terrorisme. Ces déclarations faisaient suite à une lettre envoyée par l’Aprodeh au Parlement Européen, dans laquelle elle exprimait son opinion sur l’intégration ou non du Movimiento Revolucionario Tupac Amaru (MRTA) dans la liste des organisations terroristes dressée par l’Union Européenne. Aprodeh signalait que le MRTA était inactif depuis 8 ans et que dès lors, l’inclure dans cette liste serait surestimer son existence. Agissez maintenant ! En savoir plus : Le 24 avril dernier, le Parlement Européen (PE) a décidé de ne pas reprendre l’organisation MRTA dans la liste des organisations terroristes. Avant de prendre cette décision et à la demande de quelques parlementaires, l’Aprodeh avait, dans une lettre du 22 avril, explicité sa position de refus de tout acte terroriste, y inclus ceux commis par le Sentier Lumineux et le MRTA durant la période 1980-2000. Cependant, il était également dit que « Depuis 8 ans on ne connaissait plus d’activité du MRTA » et que l’inclure dans la liste « pourrait exagérer l’existence et l’activité d’un groupe comme le MRTA, ce qui pourrait servir à poursuivre des activistes sociaux et des opposants politiques, les accusant injustement de terrorisme ». Cette lettre fut, semble-t-il, interprétée par (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir