Le blocus de Gaza : une sanction collective

Mise à jour de l’action en faveur des étudiants de la bande de Gaza , qui ont l’opportunité de poursuivre des études dans des universités étrangères, et qui se voient empêchés de quitter Gaza. Une pression internationale en général, et en particulier émanant de pays dans lesquels ces étudiants seraient accueillis, peut réellement être efficace. Il est à noter que les autorités israéliennes tentent d’exploiter la situation des malades qui doivent recevoir des soins à l’étranger ainsi que celle des étudiants qui veulent poursuivre leurs études à l’étranger, en les pressant de devenir informateurs comme condition pour obtenir le permis de quitter Gaza (voir le rapport de l’ONG israélienne Physicians for Human Rights). Avec comme résultat que certains étudiants hésitent à tenter de quitter Gaza via Israël , dans la crainte qu’on leur demande de devenir informateurs et qu’un refus ne soit retenu contre eux ou même qu’ils ne soient arrêtés. Il y a deux voies pour quitter Gaza : Erez vers Israël et de là vers la Jordanie ( il n’est pas permis aux palestiniens d’utiliser les aéroports israéliens ). Rafah : vers l’Egypte et de là vers leur destination. Le point de passage de Rafah a été fermé depuis juin 2007 et les autorités israéliennes répètent qu’elles ne permettront la réouverture de Rafah que lorsque Gilad Shalit sera libéré ( soldat capturé par des groupes armés palestiniens en juin 2006 et détenu à Gaza). Les autorités égyptiennes ont , à quelques occasions, ouvert le point de passage de Rafah, pour permettre le (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.