Action mail : Suite à un procès inique et après avoir épuisé toutes les voies de recours, Suliamon Olyfemi risque à tout moment d’être exécuté

Suliamon Olyfemi a été condamné à mort en Arabie saoudite en 2004 ou 2005 après avoir été déclaré coupable du meurtre d’un policier en septembre 2002. Travailleur immigré, il est l’un des 13 Nigérians qui ont été arrêtés et inculpés à la suite de ce meurtre. Lors de son procès, qui s’est déroulé à huis clos et en arabe, il n’a bénéficié ni d’une assistance juridique ni de l’aide des autorités consulaires ni, selon les informations reçues, d’une traduction digne de ce nom. Pendant l’interrogatoire, on lui aurait fait signer, en apposant ses empreintes digitales, des déclarations qu’il ne pouvait pas lire et dont le contenu n’était pas clair pour lui. Il est à craindre que ces déclarations aient contenu des aveux qui ont ensuite été utilisés comme éléments de preuve contre lui lors de son procès. Il est détenu à la prison de Briman à Djedda, en Arabie saoudite. Suliamon Olyfemi a maintenant épuisé toutes les voies de recours possibles et il risque à tout moment d’être exécuté. Nurideen Sani, l’un des 12 autres Nigérians jugés, serait mort en prison en septembre 2008. Amnesty International ne connaît pas les circonstances exactes de son décès, mais, d’après certaines informations il n’a pas bénéficié des soins médicaux dont il avait besoin lorsque son état de santé s’est détérioré, ce qui a sans doute contribué à sa mort. On ne sait pas exactement quelles peines ont été prononcées contre les 11 autres personnes. D’après certaines informations, ils ont dans un premier temps été condamnés à cinq ans d’emprisonnement et à 500 (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.