Le blocus de Gaza continue !

La vraie question va au-delà de l’entrée à Gaza de quelques camions de biens et d’aide humanitaire à Gaza. La population de Gaza a le droit de vivre dans la dignité et non de recevoir seulement l’aide humanitaire qui permette de survivre au jour le jour. Donc il est impératif de poursuivre les actions et le plaidoyer. La situation humanitaire s’est gravement détériorée depuis le 5 novembre avec des restrictions israéliennes sans précédent à l’entrée dans la Bande de Gaza d’aides et de fournitures : beaucoup de boulangeries fermées par manque de farine, d’électricité et de gaz pour la cuisson. La pénurie d’électricité de mazout et de gaz affecte les hopitaux, la fourniture d’eau, l’état sanitaire et d’autres services essentiels. Des journalistes et des diplomates européens n’ont pas obtenu l’autorisation d’entrer à Gaza. Le cessez-le-feu mis en place depuis le 19 juin entre Israël et les groupes armés Palestiniens à Gaza a pris fin le 4 novembre après que des frappes aériennes israéliennes et des raids aient tué 6 militants palestiniens à Gaza, provoquant des tirs de roquettes depuis Gaza vers le sud d’Israël, tirs eux-mêmes suivis de nouveles attaques israéliennes. Les forces israéliennes ont tué 17 militants palestiniens entre le 4 et le 20 novembre. Les tirs de roquettes palestiniennes ont continué et ont causé une blessure légère. Pendant les 5 mois et demi qu’a duré le cessez-le-feu, il n’y a pas eu d’amélioration significative de la situation humanitaire à Gaza. Israël a seulement autorisé une très légère (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir