Écrire Mohammed el Gharani (h), ressortissant tchadien, 22 ans

AMR 51/026/2009 - AU 49/09 Le ressortissant tchadien Mohammed el Gharani est toujours détenu à la prison de Guantánamo, plus d’un mois après qu’un juge fédéral américain a ordonné sa libération. Placé en détention lorsqu’il était mineur, il a été détenu par l’armée pendant près du tiers de sa vie. Il aurait fait l’objet de mauvais traitements depuis que la décision judiciaire relative à sa libération a été rendue. Auparavant, il en avait déjà subis à Guantánamo dans le cadre des interrogatoires auxquels il avait été soumis. Le juge Richard Leon de la cour fédérale du district de Columbia a déclaré le 14 janvier que la détention de Mohammed el Gharani était illégale et qu’il devait être immédiatement libéré. Ce ressortissant tchadien, qui est né et a grandi en Arabie saoudite, est incarcéré à Guantánamo en qualité de « combattant ennemi » depuis février 2002. Il a été placé en détention par les forces pakistanaises fin 2001, à l’âge de quatorze ans, puis remis aux autorités américaines et emmené sur la base aérienne de Kandahar, en Afghanistan, avant d’être transféré à Guantánamo. Le juge Leon a déclaré que les présomptions à l’encontre de Mohammed el Gharani « repos[aient] essentiellement sur les déclarations faites par deux autres détenus pendant son incarcération à Guantánamo ». En effet, ces déclarations sont, individuellement ou conjointement, l’unique preuve apportée par le gouvernement pour étayer la majorité de ses allégations. Par ailleurs, contrairement aux autres affaires réexaminées jusqu’à présent par la (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.