Écrire Awad Aiman (h)

EUR 63/004/2009 - AU 118/09 Amnesty International craint qu’Awad Aiman ne soit expulsé très prochainement par les autorités de Bosnie-Herzégovine et renvoyé en Syrie, où il risquerait d’être torturé et de subir d’autres types de mauvais traitements. Cet homme a été appréhendé par les autorités de Bosnie-Herzégovine le 4 mai 2009 à Zenica (nord-ouest de la Bosnie). Il est actuellement incarcéré à Lukavica (Sarajevo), au centre de détention des services de l’immigration. D’après une décision rendue le 4 mai 2009 par le ministère de la Sécurité, il représente une menace à la sécurité nationale. Le 13 juillet 2007, la citoyenneté d’Awad Aiman a été révoquée par la Commission gouvernementale de révision des décisions de naturalisation des citoyens étrangers, au motif que sa demande de naturalisation comportait des informations inexactes. Son avocat a formé un recours auprès de la Cour d’État de Bosnie-Herzégovine contre cette décision. Bien que son cas n’ait pas encore été examiné par la Cour d’État, les autorités de Bosnie-Herzégovine essaient d’expulser Awad Aiman vers la Syrie, où il risquerait d’être victime d’actes de torture et d’autres types de mauvais traitements. Avant la guerre en Bosnie-Herzégovine (1992-1995), Awad Aiman vivait à Rijeka (qui se trouve désormais en Croatie), où il était employé comme assistant d’un imam. Quand le conflit a éclaté, il a rallié le détachement El Mujahedin de l’armée de Bosnie-Herzégovine, et c’est à ce titre qu’il est devenu citoyen de ce pays en 1995. INFORMATIONS (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.