Action : Bosnie-Herzégovine, les autorités doivent permettre aux victimes de viols commis pendant la guerre d’obtenir réparation

Durant la guerre qu’a connue la Bosnie-Herzégovine de 1992 à 1995, des milliers de femmes et de filles ont été violées, la plupart du temps avec une extrême brutalité. Les témoignages qu’elles ont apportés à la fin de la guerre ont suscité une attention considérable dans les médias, provoqué l’indignation du public et abouti à la modification du droit international. Cependant, depuis lors, les autorités n’ont pas fait grand-chose pour les victimes. En 2009, Amnesty International s’est rendue en Bosnie-Herzégovine pour parler avec les victimes de crimes de guerre à caractère sexuel de leurs besoins, de leurs problèmes et de leur expérience du système judiciaire. Les conclusions de cette visite étaient claires : les autorités ne permettent pas aux victimes d’obtenir justice et réparation. Les victimes continuent de souffrir de traumatismes et d’autres problèmes psychologiques et physiques liés aux viols et aux autres formes de torture qu’elles ont subis pendant la guerre. Nombre d’entre elles ne peuvent pas se payer de médicaments même lorsque ceux-ci sont prescrits par un médecin. Beaucoup sont sans emploi et vivent dans la pauvreté. Les services d’aide sociale et financière destinés aux victimes ne sont généralement pas disponibles. De plus, les responsables de leurs souffrances, qu’ils soient membres des forces armées, de la police ou de groupes paramilitaires, restent impunis. Certains occupent toujours des postes importants et vivent à proximité de leurs victimes. Les femmes qui ont subi des violences (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.