Signer en ligne Action : Il faut protéger la liberté d’expression au Soudan

La liberté d’expression au Soudan a subi de sérieux revers au cours de l’année écoulée. À l’approche du référendum de janvier 2011 sur l’autodétermination du sud du pays, la répression persistante se traduit notamment par des mesures d’intimidation visant les journalistes. Au lendemain des élections générales d’avril 2010, le Service national de la sûreté et du renseignement (NISS) a muselé la liberté d’expression. Le 18 mai, le directeur du NISS a rétabli la censure avant publication imposée aux journaux, qui avait été levée par décret présidentiel en septembre 2009. Dans le nord du Soudan, le NISS a fermé plusieurs journaux et des journalistes ont été contraints de suspendre leurs activités. Plusieurs journalistes ont été arrêtés et certains auraient été torturés simplement pour avoir fait leur travail ou exprimé leurs opinions. Parmi les journaux qui ont fait les frais de la répression, citons Rai Al Shaab, quotidien affilié au Parti du congrès populaire (un parti politique d’opposition). En mai, cinq membres de son personnel ont été arrêtés par le NISS. Ils auraient été appréhendés en raison de la publication de plusieurs articles dans le quotidien, notamment d’une analyse des résultats des élections d’avril 2010. Deux d’entre eux ont été relâchés ; quant à Abuzar Al Amin, rédacteur en chef adjoint de Rai Al Shaab, il a subi des actes de torture et d’autres mauvais traitements alors qu’il était maintenu en détention au secret et interrogé sur son travail de journaliste. Il a été condamné à une peine de cinq ans (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.