Action : Grèce, l’asile est un mot grec. Défendre les droits des demandeurs d’asile et des migrants.

’’Je suis détenu dans cet horrible endroit depuis plusieurs semaines déjà et ils ne me disent pas ce qui va m’arriver. Ma femme a accouché il y a quelques mois et je n’ai pas encore vu mon bébé. Je ne sais pas si je le verrai." M. un détenu marocain, Centre de Détention de Fylakio, mai 2011 En raison de sa position géographique, la Grèce, comme d’autres pays à la frontière sud de l’Europe, est confrontée à des flux importants et mixtes de migrants en situation irrégulière et demandeurs d’asile. Les pays membres de l’Union Européenne et d’autres pays participant au système Dublin II ont aggravé la situation en insistant sur le retour des demandeurs d’asile vers la Grèce. Même si actuellement les États parties aux accords de Dublin (1) ont suspendu tous les transferts vers la Grèce, il n’en reste pas moins que cette situation ne dispense pas la Grèce de ses obligations en vertu de droit international et régional des droits humains, y compris la Charte européenne des droits fondamentaux. Amnesty International est particulièrement préoccupée que les migrants irréguliers et des demandeurs d’asile, y compris des mineurs, continuent d’être détenus de manière systématique, dans des conditions de détention épouvantables, qui, dans certains cas, s’apparentent à un traitement inhumain. En Janvier 2011, sous la pression internationale, le gouvernement grec a introduit une nouvelle législation dans le domaine de l’asile. Amnesty International salue les dispositions pour l’établissement de l’autorité de la détermination (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.