Action : Les déplacés du Darfour. La génération de la colère

Alors que la force hybride des Nations unies et de l’Union Africaine (MINUAD) s’est déployée partiellement au Darfour le 1er janvier 2008, Amnesty International déplore que la sécurité des personnes déplacées reste extrêmement fragile et qu’une génération de Darfouris grandit actuellement dans des camps inondés d’armes où règnent la peur et l’insécurité. Les faits Depuis 2003, on estime que les combats au Darfour ont entraîné la mort de plus de 90 000 personnes. Quelque 200 000 autres seraient décédées des suites indirectes du conflit et 2,3 millions sont déplacées. La plupart des personnes chassées vivent dans plus de 65 camps répartis dans tout le Darfour. La situation s’est détériorée en 2007. Le gouvernement soudanais continue de mener des attaques au mépris total des civils et au lieu de désarmer les milices janjawids, il leur distribue davantage d’armes et les incorpore dans des organisations paramilitaires. Quant aux groupes d’oppositions armés, ils se sont fragmentés après les pourparlers de paix de 2006 et on estime aujourd’hui qu’il en existe plus de 50. Le Darfour est fortement touché par la prolifération des armes légères. On en trouve à profusion dans presque tous les camps, et les jeunes deviennent la principale cible de recrutement des groupes armés d’opposition. Ils ressentent beaucoup de colère et ils ne savent pas comment la gérer. Cette jeune génération peu instruite, sans travail ni perspectives d’avenir, ne peut penser qu’à prendre les armes. Seifeldin Nimer, ancien employé d’une ONG (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.