Signer en ligne Ne reprenez pas les exécutions après 60 ans de pause

Après plus de 60 ans d’abolitionnisme de fait, les Maldives pourraient exécuter trois condamnés à mort. Les autorités maldiviennes doivent renoncer à ce projet d’exécution et abolir la peine de mort dans la loi. UNE MANOEUVRE POLITIQUE GROTESQUE Depuis plus de 60 ans, les Maldives ont montré l’exemple dans la région en s’abstenant de mettre en œuvre la peine de mort, un châtiment cruel et irréversible. Aujourd’hui, alors que la plupart des pays du globe se sont détournés de la peine de mort, le pays risque de se ranger du mauvais côté de l’histoire et de s’attirer une triste notoriété en réactivant son application. En effet, le 6 août 2017, le Président a annoncé que la reprise des exécutions aurait lieu en septembre. Trois condamnés à mort ayant épuisé tous leurs recours risquent de ce fait d’être exécutés de manière imminente. Aucune date n’a été fixée pour ces exécutions. Si le ministre des Affaires intérieures assure que cette mesure est motivée par deux récents assassinats à l’arme blanche, l’annonce des exécutions intervient alors que le pays est ébranlé par des tensions politiques. La semaine dernière, l’armée a fait irruption au Parlement pour stopper une procédure, l’opposition s’apprêtant à déposer une motion de censure. Ces exécutions sont donc un stratagème grossier du gouvernement pour détourner l’attention de ses propres problèmes. Les autorités sont donc prêtes à priver des gens du droit à la vie, uniquement pour assurer leur survie politique. TROIS HOMMES POURRAIENT ÊTRE EXÉCUTÉS En juin et juillet (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.