Signer en ligne Justice pour les 14 femmes polonaises s’opposant au fascisme

14 FEMMES VIOLEMMENT ATTAQUÉES ...

La marche du Jour de l’Indépendance à Varsovie est un événement annuel qui attire notamment des groupes d’extrême droite et nationalistes. Le 11 novembre 2017, la marche a été le théâtre de violents affrontements. Alors que plusieurs manifestant·e·s lançaient des fusées éclairantes et des pétards et arboraient des slogans xénophobes tels que "La Pologne blanche" et "L’Europe sera blanche ou déserte", 14 femmes courageuses ont décidé de s’indigner et de s’élever contre ces effusions de haine.

Elles ont apporté à la marche une banderole disant « Stop au fascisme ». Quelques minutes après l’avoir brandie, elles ont été attaquées. Leur manifestation pacifique contre la haine a déclenché la fureur de certain·e·s participant·e·s au défilé, qui les ont battues, leur occasionnant des blessures, des contusions et des coupures. Des images vidéo révèlent ces violences, montrant des personnes donnant des coups de pied, crachant et criant sur ces femmes. L’une d’entre elles a perdu connaissance et a eu besoin d’assistance médicale.

«  Ils ont d’abord arraché notre banderole, puis ils ont commencé à déchirer nos vêtements et à nous donner des coups de pied. J’ai reçu plusieurs coups de pied dans le dos » témoigne Elzbieta, l’une des militantes.

... ET CONDAMNÉES POUR AVOIR EXPRIMÉ LEUR OPINION PACIFIQUEMENT

La police ne les a pas protégées lors des agressions. Pire encore, en 2018, les autorités ont décidé de clore l’enquête sur l’agression contre ces femmes avec une justification absurde. Pour couronner le tout, les militantes ont été accusées et reconnues coupables d’« obstruction à un rassemblement licite » et condamnées à payer une amende et des frais de justice, bien qu’elles aient exprimé leur opinion pacifiquement. Ces mesures injustes prises par les autorités sont profondément préoccupantes. Les amendes, les poursuites judiciaires et l’absence de protection de la part de la police ont un effet dissuasif sur quiconque souhaite exprimer librement son opinion ou critiquer le gouvernement. Ce climat constitue une menace directe à la liberté d’expression et de réunion pacifique dans le pays.

Cependant, les actions en faveur des femmes polonaises portent leur fruit. Un juge a ordonné le 13 février 2019 la réouverture de l’enquête sur les agressions, suite à plusieurs mois de campagne. La nouvelle audience est prévue pour le 14 juin.

AIDEZ-LES À OBTENIR JUSTICE ET À DÉFENDRE LEURS DROITS

Ajoutez votre voix à leur lutte pour une Pologne juste et équitable, où chacun peut exprimer son opinion et protester pacifiquement. Dites aux ministres de la Justice et de l’Intérieur de veiller à ce que ces 14 femmes ne soient pas punies pour avoir manifesté pacifiquement et à ce que leurs agresseurs soient traduits en justice.

Toutes les infos
Toutes les actions

Halte à l’afflux d’armes vers le Yémen

Des armes wallonnes et de l’équipement militaire belge impliqués dans le conflit meurtrier au Yemen ! Nous devons faire cesser les transferts d’armes utilisées pour perpétrer ces violations des droits humains. Signez !