Signer en ligne Libérez le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov

Le réalisateur ukrainien Oleg Sentsov a entamé une grève de la faim le 14 mai 2018, appelant à la libération de « tous les prisonniers politiques ukrainiens ». Sa vie est en danger. Signez la pétition.

Le réalisateur ukrainien Oleg Sentsov a entamé une grève de la faim le 14 mai 2018, appelant à la libération de « tous les prisonniers politiques ukrainiens » actuellement détenus par la Fédération de Russie. Oleg Sentsov purge une peine de 20 ans de réclusion après avoir été condamné à l’issue d’un procès inique sur la base d’accusations motivées par des considérations politiques.

TORTURÉ, MENACÉ DE VIOL ET DE MEURTRE

Oleg Sentsov a été appréhendé dans la nuit du 10 au 11 mai 2014 à son domicile. Il a déclaré que des agents du Service fédéral de sécurité russe (FSB) l’ont torturé pendant sa détention en lui mettant un sac plastique sur la tête pour l’empêcher de respirer jusqu’à ce qu’il s’évanouisse. Ils l’auraient menacé de viol et de meurtre et l’auraient contraint à avouer qu’il avait organisé des attentats à l’explosif, des actes de terrorisme et qu’il possédait des armes à feu illégales.

À l’issue d’un procès manifestement inique, le réalisateur a été condamné le 25 août 2015 par un tribunal militaire à 20 ans de réclusion pour avoir prétendument créé une antenne d’un « groupe terroriste » et d’avoir organisé des « actes terroristes » en avril 2014. Sa déclaration de culpabilité s’est fondée sur des « aveux » obtenus sous la torture. Il continue à clamer son innocence.

DES PROCÈS INÉQUITABLES

Co-accusé d’Oleg Sentsov, Alexandre Koltchenko a également été condamné le 25 août 2015. La procédure menée contre Oleg Sentsov et Alexandre Koltchenko a soulevé d’importantes inquiétudes en matière d’équité, sans parler des éléments montrant clairement que les accusations portées contre eux reposent sur des motifs politiques. Les deux hommes ont été envoyés en Russie pour être jugés à des centaines de kilomètres de chez eux. Les allégations de torture en détention n’ont pas fait l’objet d’une véritable enquête. Enfin, aucun des deux prévenus n’a été autorisé à voir son avocat pendant les quatre jours qui ont suivi leur transfèrement de Crimée.

UN ÉTAT DE SANTÉ QUI EMPIRE

Depuis sa condamnation, Sentsov a été transféré dans plusieurs prisons en Russie. Sa dernière destination est une colonie pénitentiaire à Labytnangi, dans l’Arctique russe. Après plusieurs mois à Labytnangi, Sentsov a perdu deux dents et a commencé à perdre ses cheveux. En novembre 2017, son avocat a signalé que le réalisateur avait développé des problèmes cardiaques après avoir été exposé à des températures extrêmement froides.

IL FAUT AGIR MAINTENANT !

Oleg Sentsov se trouve 5000 km de la Crimée et il a déjà perdu plus de 15 kg depuis qu’il a commencé la grève de la faim. Il ne nous reste que peu de temps. Signez notre pétition pour demander sa libération immédiate.

Le 30 juillet 2018, les autorités russes ont refusé d’accorder à Amnesty International la possibilité de rencontrer Oleg Sentsov. Le bureau d’Amnesty International à Moscou a reçu une lettre du Service fédéral d’application des peines, qui rejetait la demande de visite sans fournir d’explication. Dans cette lettre, il est dit que l’état de santé d’Oleg Sentsov a été évalué et est stable, sans « dynamique négative ».

L’état de santé de Sentsov est très préoccupant. Amnesty International avait prévu de rendre visite à Oleg avec un expert médical indépendant qui aurait pu évaluer son état de santé. Après le début de sa grève de la faim, Sentsov a été transféré dans une cellule séparée où sa santé est régulièrement surveillée par le personnel médical de la prison. Les autorités russes doivent respecter et protéger le droit d’Oleg Sentsov à la liberté d’expression et à l’éthique médicale, y compris les principes de confidentialité, d’autonomie et de consentement éclairé, et à ce qu’il ne soit pas procédé à un traitement non consenti ni à une alimentation forcée, pratiques assimilables à une forme de torture et autres mauvais traitements.

J'agis

Signer en ligne
Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.