Signer en ligne Défenseurs en danger en Russie

Cela fait vingt ans que la Déclaration des Nations unies sur les défenseurs des droits de l’homme a été adoptée et, pourtant, être défenseur-e des droits humains en Russie reste une profession très dangereuse. Ces dernier-es sont poursuivi-e-s en justice sur la base de fausses accusations, sont vilipendé-e-s par les médias et les responsables gouvernementaux, sont victimes d’agressions et sont même parfois assassiné-e-s. TROIS DÉFENSEURS EN GRAND DANGER En République de Tchétchénie du Caucase du Nord, le défenseur des droits humains Oyoub Titiev risque 10 ans d’emprisonnement sur la base d’accusations forgées de toutes pièces de détention illégale de stupéfiants. Le président tchétchène, Ramzan Kadyrov, a traité Oyoub Titiev et ses collègues de l’organisation de défense des droits humains Memorial d’« ennemis du peuple » et a promis de leur « casser la colonne vertébrale ». Igor Nagavkin, défenseur des droits humains de la région de Volgograd, dans le sud-ouest de la Russie, attend son procès sur la base d’accusations de vol forgées de toutes pièces. C’est la seconde fois que les autorités tentent de salir son nom par des poursuites pénales basées sur des accusations fallacieuses. Igor Nagavkin avait également par le passé signalé avoir reçu des menaces des autorités en lien avec son travail, la protection des droits des prisonniers et la lutte contre la corruption. En décembre 2017, le militant environnemental Andreï Roudomakha a été roué de coups à Krasnodar, dans le sud-ouest de la Russie. Andreï Roudomakha et (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Narges Mohammadi est en danger en prison

Signez pour que cette militante iranienne contre la peine de mort soit libérée ainsi que tous les prisonniers d’opinion iraniens.