Signer en ligne M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Fier, le coq hardi, l’emblème de la Wallonie, ne l’est plus. Les milliers d’armes qui sont vendues par la Région à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. La Région wallonne est un grand producteur d’armes, en particulier d’armes légères et de petit calibre. En Belgique, l’octroi de ces licences d’exportation étant une compétence strictement régionale, la région porte la responsabilité de s’assurer qu’elle ne se rende pas complice de crimes, en vendant des armes à des États qui les utiliseraient pour des violations graves du droit international humanitaire (DIH) ou du droit international des droits humains (DIDH). Elle est tenue de respecter, notamment, les article 6 et 7 du Traité sur le commerce des armes (TCA). L’article 6 interdit strictement à un État de transférer des armes « s’il a connaissance, lors de l’autorisation, que ces armes ou ces biens pourraient servir à commettre » des violations du DIH. Au cas où une vente ne serait pas interdite par cet article, l’article 7 exige que des États qu’ils évaluent « de manière objective et non discriminatoire » si l’exportation d’armes pourrait servir ou faciliter la commission d’une violation grave du DIH ou du DIDH. Notre dossier spécial sur la Wallonie et ses ventes d’armes à des pays qui font couler le sang Pourtant, force est de constater que figurent parmi les meilleurs clients de la Wallonie l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, la Turquie, l’Égypte, et d’autres pays (...)

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Halte à l’afflux d’armes vers le Yémen

Des armes wallonnes et de l’équipement militaire belge impliqués dans le conflit meurtrier au Yemen ! Nous devons faire cesser les transferts d’armes utilisées pour perpétrer ces violations des droits humains. Signez !