Signer en ligne Libérez Narges, toujours privée de soins et de ses enfants

La défenseure iranienne des droits humains et prisonnière d’opinion Narges Mohammadi a été condamnée à 16 ans d’emprisonnement à l’issue de son procès le 20 avril 2016. Elle n’a toujours pas été autorisée à entrer en contact avec ses enfants. Elle est gravement malade. La 15e chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran a condamné Narges Mohammadi à 10 ans d’emprisonnement pour avoir « fondé un groupe illégal », en raison de sa participation à une campagne contre la peine de mort. Elle a également été condamnée à cinq ans d’emprisonnement pour « rassemblement et collusion en vue de commettre des infractions compromettant la sécurité nationale » et à un an d’emprisonnement pour « propagande contre le régime ». Son procès a eu lieu le 20 avril 2016 et la décision du tribunal a été communiquée à son avocat le 17 mai. Narges Mohammadi purgeait déjà une peine d’emprisonnement depuis 2012. Si sa condamnation et sa peine sont confirmée, elle devra purger au moins encore 10 ans de prison, pour l’infraction la plus grave pour laquelle elle a été condamnée, à savoir « création d’un groupe illégal ». En effet, les dispositions du Code pénal iranien de 2013 prévoient que les personnes reconnues coupables de plusieurs infractions doivent purger la peine la plus longue. Narges Mohammadi est également accusée d’avoir « insulté des policiers lors de son transfert à l’hôpital », dans une affaire distincte. Ce chef d’accusation fait suite à son dépôt de plainte quant au traitement dégradant et inhumain que les gardiens lui ont infligé lorsqu’elle (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse