Signer en ligne Surveillance et censure en Corée du Nord

La surveillance et la censure des communications sont une tendance à la hausse à travers le monde, et la Corée du Nord n’y échappe pas. Un rapport d’Amnesty International, dévoile le durcissement des contrôles, de la répression et des mesures d’intimidation que subit la population depuis l’arrivée au pouvoir de Kim Jong-un en 2011. Aujourd’hui, les Nord-coréens n’ont le droit d’accéder ni à internet ni aux services de téléphonie internationaux, afin d’empêcher toute communication avec le monde extérieur. De plus, les autorités nord-coréennes surveillent et intimident de plus en plus la population dans le but de décourager les tentatives de connexion avec l’étranger. Ainsi, les Nord-Coréens sont constamment soumis à des ingérences des autorités dans leur vie privée, ce qui viole leurs droits fondamentaux. Ils devraient avoir le droit de communiquer librement avec leur famille et amis sans avoir peur des représailles de leur gouvernement. L’une des conséquences de ce système de surveillance est qu’il est difficile pour les citoyens de la Corée du Nord de dénoncer les violations massives et systématiques des droits humains qui ont lieu dans le pays. La liberté d’expression et l’accès à l’information des Nord-coréens sont donc encore et toujours bafoués. Il s’agit pourtant de droits garantis par la Déclaration universelle des droits de l’homme, qui sont cruciaux pour la réalisation des droits sociaux, culturels et économiques des individus. De plus, d’après une résolution de l’ONU en 2015, la surveillance et la censure (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse