Signer en ligne Abolissez la peine de mort au Bélarus

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, tous les pays n’ont pas encore aboli la peine de mort en Europe. La République du Bélarus est en effet le dernier pays d’Europe et de l’ex-Union soviétique qui continue de procéder à des exécutions. 3 exécutions en novembre 2016 Le 29 novembre dernier, les proches de Siarhei Khmialeuski sont venus lui rendre visite à la prison SIZO n°1 à Minsk. On les a informés à leur arrivée que le jeune homme de 31 ans avait été exécuté au cours des dernières semaines, sans donner de date précise. Cela faisait plus d’un mois que sa famille ne recevait plus de lettre de sa part, mais les services administratifs de la prison avaient néanmoins accepté un paiement en son nom la semaine précédant la visite de ses proches. Sa condamnation à mort, prononcée pour le meurtre d’au moins deux personnes à Minsk, avait été confirmée par la Cour suprême le 6 mai 2016. Son exécution a suivi de près celle de deux autres condamnés à mort : Ivan Kulesh - condamné pour vol et meurtre - et Hyanadaz Yakavitski - condamné pour meurtre - tous deux exécutés le 5 novembre 2016. Cette soudaine série d’exécutions intervient à la suite d’une longue pause au Bélarus. Des exécutions secrètes et des proches sans nouvelles Au Bélarus, les proches des condamnés à mort ne sont généralement pas prévenus à l’avance de leur exécution, et ils ne peuvent habituellement pas leur rendre une dernière visite avant leur mise à mort. Conformément aux dispositions de la loi nationale, le corps du condamné exécuté n’est pas rendu à (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse