Halte à la discrimination et à la violence contre les femmes en Égypte

Le nouveau président égyptien s’est engagé à mettre un terme à la violence contre les femmes. Comment se fait-il alors que les autorités harcèlent les défenseures des droits humains qui protestent contre la répression ? Aujourd’hui, en Égypte, les femmes sont confrontées à une vague de violence et de discrimination. Selon les résultats d’enquêtes menées par l’ONU Femmes et le ministère de la Santé, plus de 99 % des femmes ont déclaré avoir déjà été victimes de harcèlement sexuel et 47 % d’une forme quelconque de violence domestique. Des lois discriminatoires contraignent les femmes mariées à obéir à leurs maris en échange du fait qu’ils subviennent à leurs besoins, et les piègent dans des mariages violents car il leur est extrêmement difficile d’obtenir le divorce sans renoncer à leur pension alimentaire et à leur dot. La violence contre les femmes n’est pas prise au sérieux par les forces de sécurité ni par le système judiciaire. Une ancienne victime de violence domestique interrogée par Amnesty International a déclaré : « Les policiers s’en fichent, pour eux ce n’est pas un problème si un mari bat sa femme. » Les femmes sont aussi mises à l’écart de la vie publique. Seules une poignée d’entre elles siègent au gouvernement et dans des institutions comme l’appareil judiciaire et les forces de sécurité. Selon les statistiques officielles, seulement 11 % des postes à responsabilités au sein du gouvernement sont occupés par des femmes, et rares sont les femmes ministres ou vice-ministres. Il n’existe pas de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

LE COQ WALLON A DU PLOMB DANS L’AILE

Les milliers d’armes qui sont vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition