Signer en ligne Syrie : une attaque chimique, et après ? Quand cessera l’impunité ?

Chaque jour les civils continuent de souffrir en Syrie. Des atrocités sont toujours commises dans le cadre du conflit syrien, et ce, en toute impunité.

Une attaque chimique a ciblé mardi 4 avril la ville de Khan Cheikhoun (gouvernorat d’Idlib), causant la mort de plus de 70 personnes et faisant des centaines de blessés. Bien que les autorités russes et syriennes affirment qu’elles n’en sont pas les responsables, une enquête doit être menée pour identifier les auteurs présumés et les traduire en justice.

Bilan six ans plus tard
Six ans après le début de ce conflit, les forces gouvernementales et les groupes armés continuent de bombarder des civils, notamment par le biais d’attaques chimiques, commettant des crimes de guerre et contre l’humanité, sans aucune sanction.

Le conflit a déjà causé la mort de centaines de milliers de personnes et a forcé des millions de personnes - plus de la moitié de la population syrienne - à fuir leurs foyers, soit à l’étranger, soit à l’intérieur du pays.

Pourquoi il est nécessaire de financer et donner à l’ONU les moyens de rendre justice aux victimes du conflit syrien : notre page spéciale www.amnesty.be/justiceforsyria

Il est temps de rendre justice aux victimes
Justice, vérité et réparation doivent être apportées aux victimes et à leurs familles. Les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité ne doivent pas restés impunis.

Une véritable opportunité de rendre justice existe grâce au vote de la communauté internationale pour un nouveau mécanisme de l’ONU ayant pour but d’enquêter sur les crimes commis pendant le conflit syrien. Il est impératif que les États qui ont voté en faveur de ce mécanisme prennent les mesures nécessaires pour garantir le financement et la coopération dont il a besoin pour pouvoir apporter la justice aux victimes du conflit en Syrie.

Demandez aux Nations unies d’assurer la tenue d’une enquête impartiale et indépendante en Syrie afin que toute personne suspectée d’avoir commis des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité soit désormais traduite en justice.

Un nouveau mécanisme d’enquête à mettre en oeuvre

Amnesty International engage les gouvernements à mettre fin à l’impunité et à faire de l’obligation de rendre des comptes une réalité pour le peuple syrien en soutenant et en finançant le mécanisme d’enquête sur la Syrie adopté par l’Assemblée générale des Nations unies en décembre 2016 dans sa résolution 71/248. Cette résolution, adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies en décembre 2016, a apporté au peuple syrien une lueur d’espoir de voir la justice rendue. Elle appelle à la création d’un mécanisme international indépendant visant à faciliter les enquêtes et les poursuites concernant les plus graves crimes de droit international commis en Syrie depuis mars 2011.

Cette résolution a envoyé un message fort en contournant un Conseil de sécurité dans l’impasse, qui se montre incapable de mettre fin à l’impunité des crimes de droit international et des violations des droits humains en Syrie. Le mécanisme est maintenant en attente d’obtenir les fonds nécessaires de la part des États membres pour commencer à fonctionner.

La population civile sévèrement touchée

Aujourd’hui le conflit a fait plus de 400 000 morts, et plus de 20% de la population est réfugiée en dehors du pays. Il devient impératif de faciliter les enquêtes et les poursuites concernant les plus graves crimes de droit international commis en Syrie depuis mars 2011.

Amnesty International a dénoncé à maintes reprises - comme d’autres organisations de défense des droits humains, ainsi que des organes des Nations unies - des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité commis par toutes les parties au conflit en Syrie depuis le début de la crise.

Parmi ces crimes figurent des exécutions extrajudiciaires, des actes de torture et autres traitements cruels, des attaques visant délibérément des civils, des habitations, des équipements médicaux et d’autres infrastructures civiles, ainsi que des attaques aveugles et disproportionnées, des disparitions forcées, des politiques d’extermination et des prises d’otages.

Le chemin vers la justice peut être long, mais là où il y a une volonté, il y a un moyen.

J'agis

Signer en ligne
Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Pétition #JeSuisHumain : demandez une Belgique qui protège ceux qui en ont besoin

En 2016, seule une infime minorité d’entre elles a pu trouver refuge dans les pays les plus riches, qui laissent une poignée de pays faire face seuls à la quasi-totalité des 21 millions de réfugiés du monde. Pour toutes et tous, demandez des voies sûres et légales. Signez notre pétition !