Signer en ligne Opposez-vous au retour du décret anti-immigration

Suite à la réintroduction du décret anti-immigration de Donald Trump, Amnesty International demande au gouvernement belge de s’opposer à l’agenda discriminatoire du président américain à l’encontre des réfugiés.

Ce lundi 26 juin, la Cour suprême des États-Unis a publié un jugement réintroduisant partiellement le décret - précédemment suspendu par deux tribunaux fédéraux - interdisant l’entrée sur le territoire aux voyageurs issus de six pays majoritairement musulmans : Iran, Irak, Syrie, Libye, Soudan, Somalie et Yémen.

Ce nouveau jugement de la Cour suprême cautionne l’interdiction pour ces voyageurs s’ils ne peuvent justifier d’une relation “de bonne foi” (suffisante ou réelle) avec une personne ou une entité aux États-Unis. Sur cette base, l’administration Trump a communiqué un guide d’interprétation très étroit de la décision, en définissant une relation “de bonne foi” comme un lien de parenté proche, qui se résume strictement aux parents, époux-ses, enfants (adultes ou non), gendres et brus, frères et soeurs.

Pour les réfugiés sur le point d’être réinstallés aux Etats-Unis, l’espoir résidait dans le fait que les agences de réinstallation qui suivent leurs dossiers puisse constituer une relation de “bonne foi” suffisante pour leur permettre d’atteindre le territoire. Pourtant, le 29 juin, soit quelques jours après le jugement de la Cour Suprême, le département d’État américain a apporté une clarification en stipulant que l’administration Trump pourrait ne pas reconnaître ces agences dans le cadre de l’application du décret. Cette décision implique que des milliers de réfugiés issus de pays du monde entier pourraient ne pas bénéficier du programme de réinstallation cette année.

La décision de la Cour suprême ne fait qu’ajouter plus de confusion, de peur et d’anxiété pour ces personnes en quête de protection. C’est pourquoi il est primordial que le Congrès américain mette fin à ce décret un bonne fois pour toute.

J'agis

Signer en ligne
Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

L’UE doit soutenir les défenseurs des droits humains

Enjoignez Federica Mogherini à demander la libération des défenseurs des droits humains en Turquie