Action : Siti Rupa est atteinte de troubles mentaux et ne bénéficie d’aucune assistance juridique

Siti Zainab Binti Duhri Rupa, mère de deux enfants, est détenue depuis 1999 à la prison de Médine, en Arabie saoudite. Employée de maison immigrée, elle aurait avoué, lorsqu’elle a été entendue par la police, le meurtre de la femme qui l’employait. Elle a été déclarée coupable et condamnée à mort. Siti Rupa, qui serait atteinte de troubles mentaux, n’a pas été autorisée à consulter un avocat ni à bénéficier d’aucune autre forme d’assistance juridique pendant sa détention provisoire. Lors du procès, elle n’a apparemment pas non plus eu droit à un défenseur, ni à une interprétation en bonne et due forme de l’arabe. Amnesty International milite pour que sa peine soit commuée. Sa condamnation à la peine capitale est une violation de la résolution de la Commission des droits de l’homme des Nations unies, qui prescrit de ne pas prononcer la peine de mort dans le cas de personnes atteintes d’une quelconque forme de maladie mentale, ni d’exécuter un condamné atteint de maladie mentale. Il existe aussi des doutes réels sur la crédibilité des aveux qu’elle aurait faits. En novembre 2001, le gouvernement saoudien a annoncé que la peine de Siti Rupa pourrait être annulée à la demande du fils de sa patronne ; selon la charia (loi islamique), les héritiers des victimes de meurtre ont le droit de faire gracier les coupables en échange ou non d’une réparation. La condamnée n’a maintenant pas d’autre choix que d’attendre que le fils atteigne l’âge de la majorité et décide de son sort. On ignore quel âge a l’enfant. Agissez ! (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse