Signer en ligne Action : justice doit être rendue pour les victimes de viol République Démocratique du Congo

"il est temps que nous assumions tous notre responsabilité et que nous dépassions la simple condamnation de cette pratique en prenant des mesures concrètes pour y mettre un terme, pour la mettre au ban de la société et pour reconnaître qu’elle n’est pas culturelle, mais qu’elle est criminelle." Hillary Clinton, septembre 2009 Le conseil de sécurité des nations unies doit respecter ses engagements en faveur des femmes, de la paix et de la sécurité en république démocratique du congo. En août 2010, des groupes armés ont violé de manière systématique plus de 300 femmes, fillettes, hommes et garçons lors d’une attaque de quatre jours dans la région de Walikale, en République démocratique du Congo (RDC). Les forces de sécurité du gouvernement et les forces de maintien de la paix des Nations unies ne les ont pas protégés. Les victimes, traumatisées, ont été abandonnées à leur souffrance et n’ont obtenu aucune assistance. Selon les Nations unies, au moins 15 000 viols ont été commis en RDC l’année dernière. Ces chiffres sont sans doute bien en deçà de la réalité. De toute évidence, le gouvernement de la RDC et les Nations unies ne protègent pas les civils et ne prennent pas de mesures efficaces contre ces crimes. En septembre 2009, un mois après son retour de RDC, la secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, a présidé l’adoption par le Conseil de sécurité des Nations unies de la résolution 1888. Cette résolution prévoit des mesures pour protéger les civils des violences sexuelles pendant les conflits armés. (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse