Signer en ligne Action : Brésil, il faut protéger les droits des indigènes

Trente-cinq familles guaranis-kaiowás de la communauté de Laranjeira Ñanderu, dont environ 85 enfants, vivent dans des abris de fortune le long de l’autoroute B-163, très fréquentée, dans l’État du Mato Grosso do Sul. Ces personnes vivent dans des conditions déplorables et elles sont menacées et harcelées par les agents de sécurité armés employés par le propriétaire terrien et des agriculteurs locaux. Ces familles ont été expulsées de leurs terres ancestrales en septembre 2009. La police fédérale, qui a supervisé l’expulsion, a prévenu le propriétaire que les membres de la communauté reviendraient pour récupérer leurs biens. Cependant, le propriétaire a incendié les maisons et tous les biens de ces familles. Ces personnes vivent maintenant dans des cabanes couvertes de bâches en plastique noir, alors que la température dépasse les 30 °C dans la journée. Les inondations sont fréquentes et le campement grouille d’insectes et de sangsues. D’après les membres de la communauté, les agriculteurs locaux conduisent très vite la nuit près du campement et éclairent l’intérieur des cabanes pour intimider leurs habitants. Quelque 30 000 Guaranis-Kaiowás vivent dans l’État du Mato Grosso do Sul, dans le sud-ouest du Brésil. Depuis plus d’un siècle, ces personnes sont chassées de leurs terres par le développement de l’agriculture à grande échelle – un processus qui se perpétue encore aujourd’hui. Pour les communautés concernées, les conséquences sont souvent désastreuses. L’incapacité des autorités brésiliennes à garantir le (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse