Action : Etats-Unis, obligation de rendre des comptes.

Depuis le 11 septembre 2001, les Etats-Unis se sont rendus responsables de nombreuses violations des droits humains dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, y inclus la torture et autres traitements cruels, inhumains ou dégradants, ainsi que la disparition forcée, qui sont considérés comme des crimes par le droit international. L’obligation de rendre des comptes pour ces violations dans le chef des autorités américaines est une priorité pour Amnesty. Un grand nombre de ces violations ont été commises à l’encontre de prisonniers détenus dans le cadre du programme de détentions secrètes de la CIA, qui a concerné 98 prisonniers dits « de haute valeur »entre 2002 et 2007. Ils ont tous été soumis à la disparition forcée, à des conditions de transfert, de détention et d’interrogation assimilés à de la torture ou à d’autres traitements cruels, inhumains ou dégradants. Le Président Bush lui-même a admis qu’il avait personnellement admis l’usage de « techniques d’interrogation poussées » contre des prisonniers en détention secrète. Le Président Obama a admis, de son côté, que le simulacre de noyade (waterboarding), une de ces techniques poussées, était effectivement de la torture. Mais les tortures, mauvais traitements et abus sont aussi rapportés dans les centres de Bagram et de Kandahar en Afghanistan ainsi qu’à Guantánamo. Aux termes du droit international, les Etats-Unis sont tenus d’enquêter sur toute violation des droits humains et de traduire les responsables devant la justice, quelque soit leur (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir