Signer en ligne Action : Mettez fin au commerce de biens utilisés en vue d’infliger des actes de torture et la peine capitale

En octobre 2010, un anesthésique, le thiopental de sodium, a été exporté par le Royaume-Uni aux États-Unis, où il a été utilisé dans l’État de l’Arizona pour l’exécution de Jeffrey Landrigan. Cela n’aurait jamais dû arriver. L’Europe montre la voie dans la lutte contre le commerce de biens susceptibles d’être utilisés en vue d’infliger la peine de mort et des actes de torture ou autres peines ou traitements cruels, inhumains et dégradants. Cependant, une faille dans le droit actuel permet au matériel de ce type de continuer de se retrouver entre de mauvaises mains. La Commission européenne a les moyens de faire évoluer cette situation immédiatement, en mettant en place une nouvelle réglementation européenne, et en améliorant celle déjà existante, pour contrôler ce commerce. À ce jour, rien n’a été fait. Ajoutez votre nom à notre pétition et demandez que la Commission européenne agisse maintenant pour renforcer son interdiction du commerce d’« instruments de torture » ! Articles en rapport sur amnesty.beThèmes : Halte à la torture

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse