Signer en ligne Action : Demandez à l’Afrique du Sud, au Brésil et à l’Inde d’aider à mettre fin au carnage en Syrie

Cela fait plus de six mois qu’ont débuté en Syrie des manifestations en grande partie pacifiques en faveur d’une réforme politique et de la démission du président syrien. La réaction des autorités syriennes aux demandes de leur peuple a jusqu’à présent été brutale. D’après les recherches effectuées par Amnesty International, les violations des droits humains commises par l’armée et les forces de sécurité syriennes depuis le début de ces manifestations de masse, en mars, incluent des homicides illégaux et des actes de torture. Elles semblent s’inscrire dans le cadre d’une offensive généralisée – et systématique – contre la population civile et, dans certains cas, constituent des crimes contre l’humanité. C’est pourquoi Amnesty International continue à demander aux Etats membres du Conseil de sécurité de saisir le procureur de la Cour pénale internationale sur la situation en Syrie, d’imposer un embargo sur les armes et de geler les avoirs à l’étranger du président syrien et de ses proches collaborateurs. A ce jour, la déclaration du Conseil de sécurité est beaucoup trop faible car elle s’abstient d’agir pour protéger la population civile qui continue à manifester le plus souvent de manière pacifique. Certains membres du Conseil de sécurité ont présenté un projet de résolution sur la Syrie qui pourrait constituer une première étape vers la saisine de la Cour pénale internationale. Cependant, l’adoption de cette résolution est actuellement bloquée par six autres membres. Nous estimons que trois de ces six États, (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse