Signer en ligne Action : Libérez les prisonniers du Bahreïn détenus pour avoir exercé leur droit à la libre expression

Personnel de la santé, personnes de l’opposition et défenseurs des droits humains, enseignants ainsi que beaucoup d’autres personnes sont toujours soumises à des procès devant des cours militaires au Barhein. Des mois se sont passés depuis les évènements de février et mars 2011 à Pearl Roundabout et le respect des droits humains reste particulièrement critique dans ce pays. Des centaines de personnes, suspectées d’être en connexion directe avec les protestations anti-gouvernement, sont toujours détenues et, d’après des allégations sérieuses, certainement soumises à des actes de torture. La plupart d’entre elles ont été jugées lors d’un procès inéquitable devant des cours, non pas civiles, mais militaires et au moins 2 500 d’entre elles ont été suspendues ou renvoyées de leur travail. Quinze figures de l’opposition qui ont mené et participé à des manifestations en février et mars ont été accusées, le 22 juin dernier, de charges extrêmement lourdes telles que des actes de terrorisme et sept d’entre elles ont écopé de condamnation à perpétuité. Leur procès, devant la Cour de Sécurité Nationale de Première Instance, une cour militaire, était inéquitable et motivé par des raisons politiques. Amnesty International avait envoyé un observateur lors de la cession d’appel, devant la Cour de Sécurité Nationale, le 6 septembre. Mais la Cour a ajourné l’audience au 28 septembre, date à laquelle devrait être rendu le verdict final. Un groupe de 48 agents de santé (infirmières, docteurs, etc.), venant principalement du complexe (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse