Signer en ligne Je choisis de sauver des vies

Amnesty International demande aux dirigeants de l’Union européenne (UE) d’intensifier les efforts pour sauver des vies en Méditerranée et de cesser de coopérer aux renvois des personnes migrantes en Libye.

De nombreux migrants et réfugiés tentent une traversée périlleuse de la Méditerranée au départ de la Libye, fuyant les conflits et la misère. La route migratoire de la Méditerranée centrale a enregistré des records de flux de départ en 2016 et début 2017. Pourtant, les gouvernements européens ont réduit leurs efforts de patrouille en mer Méditerranée, notamment aux abords des côtes libyennes où des naufrages ont lieu. En 2016, 4 581 personnes ont trouvé la mort dans la traversée dangereuse de la mer Méditerranée alors qu’ils essayaient d’atteindre l’Europe.

Coopération avec les garde-côtes libyens en dépit des droits humains

La coopération des gouvernements européens avec les garde-côtes libyens aboutit à de nombreux abus. En effet, les interceptions de navires en mer conduites par les Libyens violent souvent les conventions internationales, notamment par l’utilisation d’armes à feu. Les réfugiés et migrants interceptés en mer sont reconduits vers la Libye, un pays où la détention systématique, la torture, le viol et autres violations des droits humains sont rapportés par notre organisation.

Les ONG de secours et sauvetage en Méditerranée centrale attaquées

Les ONG de secours et de sauvetage opérant en Méditerranée centrale font l’objet d’une campagne d’une diffamation. En Belgique, le Secrétaire d’État à l’asile et la migration Théo Francken les a notamment accusés en mars dernier d’engendrer davantage de morts en mer.

À ce jour, ces ONG pallient la présence insuffisante de navire dans les zones maritimes où les naufrages sont courants et préviennent le renvoi des réfugiés et migrants vers la Libye, où ils subissent des violations des droits humains.

Les lacunes en matière de protection créées par la présence insuffisante de navire dans ces zones maritimes, couplées d’une coopération accrue des gouvernements européens avec les garde-côtes libyens, mettent plus que jamais en danger les vies des migrants et réfugiés.

Sauvez des vies ! Interpellez le Premier Ministre belge

Sauver des vies ne se limite pas aux seules activités de secours et sauvetage en mer, mais implique également la reconduite des personnes secourues, en besoin de protection, en lieux sûrs où elles peuvent être assistées et protégées.

Sauver des vies devrait être une priorité ainsi qu’une obligation morale et légale pour tous les gouvernements. Ceci inclut de freiner toute coopération qui renforcerait le système de détention en Libye et toute complicité avec les abus dont souffrent les réfugiés et migrants en Libye.

Interpellez le gouvernement belge pour sauver des vies ! Signez notre pétition.

 

J'agis

Signer en ligne
Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

L’UE doit soutenir les défenseurs des droits humains

Enjoignez Federica Mogherini à demander la libération des défenseurs des droits humains en Turquie