Signer en ligne Urgent : Empêchez que l’accord UE-Turquie ne fasse une nouvelle victime

Noori, 21 ans, étudiant syrien, a été obligé de fuir son pays à cause de la violence des conflits. Détenu depuis plus de sept mois par la police et récemment transféré au camp de Moria, il risque d’être expulsé de Grèce vers la Turquie de façon imminente. Cette expulsion prochaine est une conséquence concrète de l’accord que l’UE a conclu avec la Turquie en mars dernier. Le Conseil d’Etat grec est censé prendre une décision autour du 10 mai. Fin mai, aucune décision n’a encore été prise. Trouver un refuge malgré les risques Noori a tenté de se rendre quatre fois en Turquie, à ses risques et périls, afin de trouver un refuge. Arrêté, battu et renvoyé en Syrie par les militaires turcs lors de ses deux premières tentatives, il a subi une attaque par un groupe armé au cours de la troisième (onze personnes avec qui il voyageait ont alors été tuées). Il a enfin pu atteindre le territoire turc lors de la quatrième tentative, où il est resté un mois et demi. Seul, agressé par des passeurs et voleurs à deux reprises, il cherchait à rejoindre ses proches qui se trouvent déjà en Europe en rejoignant la Grèce. Il a été placé en détention le 9 septembre 2016, après que la commission d’appel eut déclaré sa demande d’asile irrecevable, au motif que la Turquie est considérée comme un « pays tiers sûr » pour lui. Le 10 mars, la Plénière de la Cour a entendu la requête de Noori contestant la décision du Comité d’Appel. Le Conseil d’État devrait rendre sa décision prochainement. Si la cour rejette rejette la demande de Noori, il pourra (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse