Signer en ligne Victime de torture, Yecenia Armenta doit être libre

Yecenia Armenta a été libérée. Nous continuons notre travail pour toutes les autres victimes de torture.

Yecenia Armenta a déjà passé près de trois ans en prison alors que les hommes qui l’ont torturée sont toujours en liberté.

Son cauchemar a commencé en 2012, alors qu’elle conduisait des proches en voiture à l’aéroport de Culiacán, dans le nord du Mexique. Des policiers en civil l’ont arrêtée, l’ont contrainte à sortir de la voiture, lui ont bandé les yeux et l’ont emmenée. Ils l’ont attachée, l’ont suspendue la tête en bas, l’ont passée à tabac et l’ont violée, tout en la terrifiant avec des menaces de mort violentes contre ses deux enfants. « Je voulais juste qu’ils me tirent une balle dans la tête pour que tout s’arrête », a raconté Yecenia. Après près de 15 heures de torture, ses agresseurs l’ont menacée d’aller chercher ses enfants, de les violer et de les tuer. C’est à ce moment qu’elle a craqué et qu’elle a fait ce que les policiers lui demandaient : elle a signé des aveux et leur a donné ses empreintes digitales, alors qu’elle avait toujours les yeux bandés.

Lors de sa détention, des médecins dépendant du même bureau du procureur que les agents qui l’avaient torturée ont examiné Yecenia. Ils n’ont pas fait état de ses blessures. Des mois plus tard, des médecins légistes du Bureau du procureur général de la République ont à nouveau examiné la jeune femme, mais se sont contentés de conclure qu’elle n’avait pas subi d’actes de torture car les médecins officiels qui l’avaient examinée la première fois n’en avaient trouvé aucun signe. Ce cas est emblématique de la situation au Mexique, où bien souvent les examens officiels de victimes de tortures ne respectent pas les normes internationales ou sont menés trop tardivement pour pouvoir être utiles.
Des médecins légistes indépendants ont depuis examiné Yecenia deux fois - conformément aux normes internationales - et ont à chaque fois conclu qu’elle avait bien été torturée. Néanmoins, les autorités n’ont pas tenu compte de leurs conclusions et les aveux de Yecenia restent l’élément central du dossier constitué à son encontre.

Yecenia mérite d’être libre et de voir ses tortionnaires traduits en justice, comme tant d’autres victimes de la torture au Mexique. Pour aider les victimes de torture à obtenir justice, des examens médicaux sérieux sont souvent essentiels. Menés dans les temps et conformément aux normes internationales, ils peuvent prouver que des actes de torture ont eu lieu et ainsi aider à dénoncer les faux « aveux ».

Réclamez une enquête exhaustive sur la plainte pour torture de Yecenia, l’abandon des poursuites à son encontre et sa libération, ainsi qu’une réforme complète de la façon dont les examens médicolégaux sont conduits dans les cas de torture au Mexique.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse