Signer en ligne En prison pour avoir commémoré Tiananmen

Le 4 juin : un jour ordinaire ? C’est ce qu’affirment les autorités chinoises. Il s’agit pourtant cette année du 28e anniversaire de la répression de Tiananmen. Le 4 juin 1989, les autorités chinoises avaient envoyé l’armée face aux mouvements de protestation étudiants, intellectuels et ouvriers qui dénonçaient la corruption des fonctionnaires. Cette répression militaire, souvent qualifiée de massacre, a fait un grand nombre de victimes civiles et fait état d’importantes violations des droits humains. À ce jour, les autorités chinoises refusent toujours de reconnaître ces violations et de commémorer officiellement cet événement. Plus qu’une simple amnésie collective imposée, toute allusion à ce qu’il s’est passé est passible d’un séjour derrière les barreaux. Quatre activistes en ont fait les frais. Inculpés pour "incitation à la subversion de l’État” Le 4 mars 2017, Fu Hailu, Chen Bing, Zhang Jinyong et Luo Fuyu ont été inculpés pour avoir commémoré l’anniversaire de la répression. Ils ont été accusés “d’incitation à la subversion de l’État” pour avoir produit et fait la promotion de leur propre baijiu, un alcool très consommé en Chine, commémorant le 28e anniversaire de la répression de Tiananmen. Les quatre activistes ont été arrêtés entre le 28 mai et le 21 juin 2016 par des agents de la sécurité publique. Ils sont actuellement détenus au centre de détention de la ville de Chengdu, dans la province du Sichuan (sud-ouest de la Chine). Ils n’ont pas été autorisés à voir leurs avocats au cours des étapes initiales de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse