Écrire Chine. Mao Hengfeng, militante en faveur des droits des femmes, envoyée en camp de travail.

Action complémentaire sur l’AU 281/12, ASA 17/042/2012, 7 novembre 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 19 DÉCEMBRE 2012. Mao Hengfeng, qui milite sans relâche pour les droits reproductifs et contre les expulsions forcées en Chine, s’est vu ordonner de purger une peine de 18 mois dans un « camp de rééducation par le travail ». Cette femme est une prisonnière d’opinion ; elle risque de subir des actes de torture ou d’autres mauvais traitements. Le 30 octobre 2012, Mao Hengfeng s’est vu ordonner de purger une peine de 18 mois de « rééducation par le travail » pour avoir « troublé l’ordre public ». Dans la notification du verdict, il était indiqué que cette femme était accusée d’avoir participé à des activités en mémoire de personnes décédées en janvier et en juillet 2012, conduisant à des « troubles à l’ordre public ». Son mari, Wu Xuewei, s’est vu empêcher de la voir lorsqu’il s’est rendu au centre de détention de la police dans le district de Yangpu, à Shanghai, où, aux dernières nouvelles, elle était détenue. Il a ensuite essayé de lui envoyer des vêtements et de l’argent. On ignore si Mao Hengfeng a été transférée vers un camp de rééducation par le travail. Il s’agit du dernier événement en date dans cette affaire depuis que cette femme a été appréhendée le 30 septembre dernier. Le 2 octobre, ses proches ont été informés qu’elle était détenue car elle était soupçonnée d’avoir participé à un « rassemblement dans le but de troubler l’ordre public ». Les autorités ont également interpellé d’autres militants : Dong Guoqing, Shen (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.