Écrire Zimbabwe.Le personnel d’une ONG de défense des droits humains est en danger.

AU 19/13, AFR 46/001/2013, 26 février 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 9 AVRIL 2013 La police zimbabwéenne a classé le Projet de paix pour le Zimbabwe (ZPP), groupe de défense des droits humains, parmi les « menaces pour la sûreté de l’État », ce qui laisse craindre que le personnel ne soit arrêté en raison de ses activités légitimes de suivi et de recueil d’informations sur les violations des droits humains. En février, la police a effectué deux perquisitions dans les locaux du ZPP. Le personnel du ZPP et d’autres défenseurs des droits humains risquent d’être arrêtés et placés en détention du fait de leurs activités depuis que le porte-parole principal de la police zimbabwéenne aurait déclaré, le 20 février : « La police nationale sait de source sûre que certaines entités comme le ZPP, sous couvert d’être des organisations non gouvernementales (ONG) engagées dans l’action humanitaire, prônent illégalement un changement de régime en menant des activités politiques dissimulées qui menacent la sûreté de l’État et contreviennent aux lois du pays. » Ces dernières semaines, plusieurs éminents groupes et militants défendant les droits humains ont été victimes de perquisitions, d’arrestations arbitraires et de ce qui semble être des poursuites fondées sur des motivations politiques, qui visent à restreindre la marge de manœuvre de la société civile alors que le pays se prépare à un référendum constitutionnel et à une élection décisive. Le ZPP suit les atteintes aux droits humains grâce à un réseau national d’observateurs de (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse