Écrire Mexique. Rubén Figueroa, Tomás González menacés de mort pour avoir pris la défense des migrants

AU 62/13, AMR 41/010/2013, 11 mars 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 22 AVRIL 2013. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Un homme que l’on pense impliqué dans des activités d’extorsion d’argent prenant pour cible des migrants en situation irrégulière a menacé de tuer un militant en faveur des droits des migrants dans le sud du Mexique. Un homme a menacé de tuer le défenseur des droits des migrants Rubén Figueroa le 4 mars au refuge pour migrants La 72, à Tenosique, une ville de l’État du Tabasco (sud-ouest du Mexique). Des membres du personnel du refuge ont déclaré avoir refusé de laisser entrer cet homme car ils pensaient qu’il représentait une menace pour les migrants. Il a tenu Rubén Figueroa pour responsable de leur refus et a affirmé : « on l’a dans le nez, dis à ton copain Rubén qu’on va le tuer, nos contacts sont déjà au courant ». Le personnel du refuge avait vu cet homme le 3 mars à la gare ferroviaire de Tenosique, où les migrants clandestins montent à bord de trains de marchandise pour aller vers le nord, en direction de la frontière avec les États-Unis. Il est soupçonné d’appartenir à des groupes de malfaiteurs qui extorquent de l’argent aux migrants pour les laisser voyager dans les trains. Les paroles de menace ont été lancées après que le personnel du refuge a vu l’homme. Celui-ci a dit qu’il pensait que la veille, Rubén Figueroa avait prévenu le directeur du refuge, Tomás González, qu’il était en ville et représentait une menace (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse