Écrire Bélarus. Un homme condamné à mort (Pavel Selyun)

AU 166/13, EUR 49/009/2013 27 juin 2013 VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 8 AOÛT 2013 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Un homme de 23 ans a été condamné à la peine capitale le 12 juin pour un double meurtre. Pavel Selioun a été condamné à mort par le tribunal régional de Hrodna, le 12 juin, pour le meurtre de sa femme et de son amant en août 2012. Son avocat a déposé un recours auprès de la Cour suprême. Pavel Selioun est actuellement détenu au centre n°1 de détention au secret pour enquête (SIZO), à Grodno. Sa mère, Tamara Selioun, qui vit à environ 300 km de Grodno, n’a reçu aucune lettre de lui depuis que la sentence a été prononcée le 12 juin et elle craint qu’il ne se suicide. « Mon fils peut rendre service à son pays et ne devrait pas être là où il est en ce moment », a-t-elle dit à Amnesty International. Le Bélarus est le dernier pays d’Europe à procéder encore à des exécutions. Trois hommes ont été exécutés en 2012 et trois personnes ont été condamnées à mort depuis le début de l’année 2013, dont Rigor Youzeptchouk, condamné le 24 avril, et Alexandre Hariounou, condamné le 14 juin. Le 21 juin, lors d’une table-ronde sur la religion et la peine capitale organisée par le Conseil de l’Europe, le chef de l’Église orthodoxe du Bélarus a pris position contre la peine de mort : « Nous, Chrétiens, ne pouvons pas légitimiser la peine capitale qui, en tant que meurtre, constitue un péché [...] Nous, pauvres pécheurs, ne pouvons pas accorder la (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.