Écrire Bélarus. Un homme condamné à mort (Pavel Selyun)

AU 166/13, EUR 49/009/2013 27 juin 2013 VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 8 AOÛT 2013 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Un homme de 23 ans a été condamné à la peine capitale le 12 juin pour un double meurtre. Pavel Selioun a été condamné à mort par le tribunal régional de Hrodna, le 12 juin, pour le meurtre de sa femme et de son amant en août 2012. Son avocat a déposé un recours auprès de la Cour suprême. Pavel Selioun est actuellement détenu au centre n°1 de détention au secret pour enquête (SIZO), à Grodno. Sa mère, Tamara Selioun, qui vit à environ 300 km de Grodno, n’a reçu aucune lettre de lui depuis que la sentence a été prononcée le 12 juin et elle craint qu’il ne se suicide. « Mon fils peut rendre service à son pays et ne devrait pas être là où il est en ce moment », a-t-elle dit à Amnesty International. Le Bélarus est le dernier pays d’Europe à procéder encore à des exécutions. Trois hommes ont été exécutés en 2012 et trois personnes ont été condamnées à mort depuis le début de l’année 2013, dont Rigor Youzeptchouk, condamné le 24 avril, et Alexandre Hariounou, condamné le 14 juin. Le 21 juin, lors d’une table-ronde sur la religion et la peine capitale organisée par le Conseil de l’Europe, le chef de l’Église orthodoxe du Bélarus a pris position contre la peine de mort : « Nous, Chrétiens, ne pouvons pas légitimiser la peine capitale qui, en tant que meurtre, constitue un péché [...] Nous, pauvres pécheurs, ne pouvons pas accorder la (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées