Écrire Etats Unis. Herman wallace est mort deux jours après sa libération

Informations complémentaires sur l’AU 257/13 - AMR 51/068/2013 - 9 octobre 2013 Le 1er octobre, un juge fédéral a annulé la condamnation de Herman Wallace pour le meurtre, en 1972, d’un gardien de prison et a demandé qu’il soit remis en liberté. Fidèle à sa détermination à maintenir coûte que coûte Herman Wallace derrière les barreaux, l’État de Louisiane a interjeté appel de la décision du juge et a refusé de laisser sortir Herman Wallace. Ce n’est que lorsque le juge a menacé d’accuser la Louisiane d’entrave à la justice que les autorités de cet État ont finalement remis en liberté Herman Wallace, qui était déjà tellement faible qu’il a dû quitter le pénitencier en ambulance et a été conduit directement à l’hôpital. Herman Wallace n’a vécu que deux jours en liberté avant de mourir le 4 octobre, entouré de ses proches. Herman Wallace savait que des milliers de militants d’Amnesty International s’étaient battus pour obtenir sa libération. Il a demandé à ceux qui s’étaient mobilisés en sa faveur et qui voulaient honorer sa mémoire de prendre désormais part au combat mené pour que son co-accusé Albert Woodfox, toujours détenu à l’isolement en Louisiane, obtienne justice. Amnesty International va lancer une nouvelle action pour demander à la Louisiane de retirer le recours qu’elle a formé contre la décision du juge fédéral annulant la condamnation d’Albert Woodfox, pour la troisième fois, et de laisser cet homme sortir enfin de prison. Aucune action complémentaire n’est requise de la part du réseau Actions urgentes. Un grand (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées

Nageur professionnel, il a failli mourir en mer

La Belgique doit se montrer plus humaine : demandez des voies sûres et légales pour les personnes contraintes de fuir de chez elles. Signez notre pétition !