Écrire Chine. Liu Hua, une militante, détenue pour avoir signalé des violences

AU 79/14, ASA 17/019/2014, 3 avril 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 15 MAI 2014. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. La militante anti-corruption Liu Hua, qui a évoqué les violences commises dans les camps de rééducation par le travail en Chine, est détenue pour avoir « cherché à provoquer un conflit et troublé l’ordre public ». De l’avis général, cette femme est punie par les autorités après être apparue dans un documentaire révélant les actes de torture et autres mauvais traitements commis dans les camps de rééducation par le travail. Il s’agit d’une prisonnière d’opinion et elle doit par conséquent être libérée immédiatement et sans condition. Liu Hua a été arrêtée une première fois le 10 mars 2014 à Pékin par des agents du Bureau de la Sécurité publique de Shenyang, dans la province du Liaoning, et renvoyée à Shenyang, où elle vit. Elle se trouve actuellement dans le centre de détention n° 1 de cette ville. Des policiers l’ont interrogée à plusieurs reprises sur les allégations de torture qu’elle a formulées dans un documentaire portant sur le camp de rééducation par le travail pour femmes de Masanjia, et sur la requête qu’elle et 20 autres anciennes détenues de ce camp ont déposée à Pékin en février dernier, lors d’une réunion de l’Assemblée populaire nationale. De 2006 à 2011, Liu Hua a purgé trois peines au camp de Masanjia pour avoir révélé la corruption régnant dans son village natal de Zhangliangbao. Après sa libération, elle a accordé un entretien (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse