Écrire Ronak Safazadeh (f) ; Hana Abdi (f), 21 ans, étudiante

MDE 13/063/2008 - Action complémentaire sur l’AU 297/07 (MDE 13/130/2007 du 7 novembre 2007) Le procès de Ronak Safaradeh, militante des droits de la femme, s’est ouvert le 13 mars ou autour de cette date. Son avocat était présent et les chefs d’accusation lui ont été lus : elle est accusée de mohareb (hostilité envers Dieu), une infraction passible de la peine capitale. Aucune autre date d’audience n’a été annoncée. En décembre 2007, un juge d’instruction aurait déclaré, selon l’Agence de presse de la République islamique d’Iran (IRNA), qu’elle avait été « arrêtée pour agissements contre la sûreté de l’État en prenant part à des attaques à Sanandaj [une ville du nord-ouest] et pour son appartenance au PJAK », un groupe armé d’opposition kurde. D’après l’avocat de Ronak Safazadeh, ces accusations sont infondées et les « aveux » de sa cliente ont été obtenus par la contrainte au cours des trois mois qu’elle a passés en isolement cellulaire dans un centre de détention du ministère du Renseignement à Sanandaj, et sont à ce titre irrecevables. Comme Ronak Safazadeh, Hana Abdi a passé les trois premiers mois de sa détention en isolement cellulaire dans un centre de détention du ministère du Renseignement ; elle est aujourd’hui incarcérée dans l’aile réservée aux femmes de la prison de Sanandaj. La jeune femme a été inculpée au titre de l’article 498 du Code pénal iranien, qui prévoit une peine de deux à dix ans d’emprisonnement contre tout individu intégrant un groupe de plus de deux personnes avec l’objectif de « compromettre (...)

Action terminée

Toutes les actions

Continuons à agir

Toutes les infos

Infos liées